1808 – 2018 : Parents Professeurs Ensemble s’est replongé dans l’histoire du baccalauréat !

Faites le buzz, partagez cette ressource !

Le bac de 1808 à 2018… deux siècles d’évolution !

Sa création remonte en 1808 par Napoléon, alors qu’il entame une réforme de l’enseignement. Le Baccalauréat vient marquer la fin des études secondaires et la possibilité d’intégrer les facultés. L’examen en lui-même n’a rien à voir avec celui d’aujourd’hui, puisqu’il est constitué…d’une seule épreuve orale.

Le siècle qui suit connaîtra la modernisation du baccalauréat. Jugé trop facile pour les candidats, il sera progressivement enrichi d’une épreuve écrite, puis d’une épreuve de langue vivante.

Le XXème siècle sera marqué par la création de nouvelles séries.

On en comptera sept nouvelles en 1946 : quatre classiques, deux modernes, une technique. Elles seront remodelées en 1968 sous la forme de quatre séries représentées par des lettres, « A B C D E » : A pour la philosophie et les lettres, B pour le social et l’économie, C pour les mathématiques et les sciences physiques, D pour les mathématiques et les sciences de la nature, et enfin E pour les mathématiques et la technique.

L’année 1998 recense 470 000 candidats au baccalauréat contre 39 en 1808, marquant l’influence de l’examen pour la reconnaissance des études et le démarrage dans la vie active.

De nouvelles épreuves apporteront davantage de contenu à l’examen en 2001, faisant suite à la réforme du lycée qui divise le baccalauréat sur deux ans : la première et la terminale.

Les derniers changements en date concernant nos futurs bacheliers sont la suppression des séries L (littéraire), ES (économique et social), et S (scientifique), en faveur de la création d’un tronc commun, enrichi par des spécialités. C’est en seconde que les élèves choisiront les spécialités qu’ils souhaitent approfondir pour leurs deux dernières années de lycée.  Le système des filières est donc bel et bien abandonné au profit d’un programme « à la carte » !

 

S’il a connu 210 ans d’évolution, de Napoléon à Jean-Michel Blanquer,  le baccalauréat reste aujourd’hui une épreuve nationale marquant la fin du secondaire. Au total, la France compte désormais plus de 500 000 bacheliers chaque année !

 

 

Je souhaite donner mon avis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *