! « La solution viendra du terrain. »

 
 

! Xavier Darcos : « Il faut donner de la liberté aux équipes pédagogiques. »

Xavier Darcos, ancien ministre de l’Éducation nationale et membre de l’Académie française, nous a accordé un entretien exclusif. 
Il nous livre son analyse sur l’école aujourd’hui et sur ses idées de réforme. Selon lui, le grand drame de l’école française est la différence de niveau entre les élèves en difficulté et les meilleurs élèves. Pour y remédier, il souhaite donner plus de liberté aux équipes pédagogiques. 
« Il faut faire confiance au terrain, c’est la seule solution, la seule réponse aux problèmes qui sont les nôtres. »

 


! Jean-Michel Blanquer : « Le lien parents-professeurs est l’un des facteurs clés de la réussite de l’enfant. »

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, ancien directeur général du groupe ESSEC et ancien directeur général de l’Enseignement scolaire nous a accordé un entretien exclusif. 
Il nous livre son analyse sur l’école aujourd’hui et sur ses idées de réforme. Selon lui, la France doit s’inspirer des expérimentations, des découvertes scientifiques et de la comparaison internationale pour avoir une école adaptée au XXIe siècle. 
Il souhaite casser les clivages partisans et donner plus de liberté mais aussi plus de points de repère aux acteurs de l’éducation.


! Jean-Pierre Chevènement : la parole libérée

Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre de l’Éducation et président de la  Fondation Res Publica, nous donne son avis sur l’école.
Il est particulièrement déterminé quand il met l’apprentissage du français et du calcul à la base de tout car cela permet de lutter contre les inégalités. Il rappelle que l’école est là pour donner à chacun la possibilité d’aller au bout de ses possibilités et il dénonce le pédagogisme.

 


! Paul Vannier : « l’école est une question politique, elle est objet de débat. »

Paul Vannier, co-responsable du livret éducation de la France insoumise : analyse, enjeu et réformes

 

« On a assisté durant ce quinquennat …à une balkanisation de notre système éducatif. » 
—– 
« Il faut que l’école prenne sa part dans la mise en oeuvre de notre projet politique. »
—– 
« Il faudrait sans doute libérer l’élaboration des programmes d’une certaine instrumentalisation politique. »
—– 
« Il faut rompre avec une formation formatage qui l’emporte aujourd’hui pour enrichir et faire advenir un principe qui nous est cher, le principe de liberté pédagogique. »

 


! Nicolas Dupont-Aignan : « L’enjeu, c’est de reconstruire l’école publique. »

Nicolas Dupont-Aignan : sa vision de l’école en France 
 
« Il faut s’appuyer sur l’enseignant, sur le maître. Cela veut dire restaurer la discipline dans la classe, l’autorité du maître et annuler la circulaire Lang. »
« Il faut bien sûr recentrer l’école et notamment le primaire sur les savoirs fondamentaux. » 
—– 
« J’ai une immense ambition pour l’école et c’est peut-être pour moi la première réforme à mettre en œuvre. »
 

  


! Marie-Noëlle Lienemann « Il faut un débat de société »

Marie-Noëlle Lienemann : sa vision de l’école
« Il n’y a quasiment pas de débat sur l’école, ça m’inquiète.
Il faut un débat de société. »
—–
«  Il faudrait un nouveau compromis pédagogico-politico-culturel sur l’avenir de l’école publique et de l’éducation en France.  Il faut que ce débat parte beaucoup de la base parce que, pour le coup, je ne crois pas qu’il partira du sommet. »
—–
«  Je préconise que l’on crée un grand service public de l’Education populaire qui est complémentaire à l’école. »
 

 


! Jean-Frédéric Poisson « Il faut donner de la liberté et de l’oxygène. »

Jean-Frédéric Poisson : sa vision de l’école en France 
« Il faut donner de la liberté et de l’oxygène. »
« L’école a perdu de vue son objectif d’instruire. »
« La priorité est l’apprentissage de la langue française. »
—–
« Je ne peux pas accepter l’idée que les parents et l’Education nationale sont co-éducateurs des enfants. »
—–
« L’école doit servir aussi à développer chez les élèves le sentiment d’appartenance à la grande communauté nationale. »

  


! Pour Jean-Claude Carle, il faut créer un partenariat entre les parents, les professeurs et les élus.

Jean-Claude Carle est sénateur,membre de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication. Selon lui, il faut mettre en place une culture du contrat entre les différentes communautés du monde éducatif que sont les parents, les professeurs et les élus locaux. Il considère qu’un partenariat et une proximité sont indispensables à toute réforme de notre système.

 


! Pour Jacques-Bernard Magner, l’école est le vrai espace de l’égalité des chances.

Jacques-Bernard Magner est sénateur membre de la commission culture et éducation et membre du conseil supérieur des programmes. Il partage son inquiétude sur les mauvais résultats de la France lors du dernier classement PISA. Il voit dans la loi de refondation de l’école un moyen de lutter efficacement contre les inégalités sociales creusées aujourd’hui par l’école républicaine.

! Bernard Debré appelle les parents et les professeurs à se mobiliser

Lors de notre échange avec Bernard Debré, il est longuement revenu sur ses mandats locaux celui de maire d’Amboise en Indre-et-Loire et de vice-président du conseil général. Il fait le constat sans appel de la nécessité absolue d’une mobilisation des parents et des professeurs. Ceux qui sont au quotidien avec les enfants doivent impérativement soutenir les élus locaux afin qu’ils puissent engager une amélioration structurelle de l’école.


! Pour Gilles de Robien, l’idéologie empêche la réforme de l’école

Gilles de Robien, fort de son expérience en tant que ministre de l’Education nationale nous confie son analyse sur l’impossible réforme de notre système scolaire.
Les élus ont besoin de la société civile.

! Valérie Pécresse croit que l’innovation viendra du terrain.

Valérie Pécresse a été ministre de l’enseignement supérieur. Elle revient sur notre plate-fome sur ses projets pour la région.
Autonomie des établissements, lutte contre les addictions et attractivité des enseignants en Île de France sont au coeur de son programme pour la région. Elle reconnaît la nécessité d’une implication plus forte du terrain pour un meilleur système éducatif.

! Pour Claude Bartolone « la clé du nouveau monde c’est l’éducation ».

Claude Bartolone est président de l’Assemblée nationale et candidat à la présidence de la région Île de France. Il souhaite faire de la région un véritable partenaire éducatif. 
Lutte contre le décrochage, parcours citoyen, culturel et sportif pour chaque lycéen  et plate-forme régionale des stages font partie de ses priorités.
 

! Jean-François Copé « Il faut faire confiance aux acteurs de terrain ».

Jean-François Copé sa vision de l’école en France 
« Il faut vraiment que la société civile ne craigne pas de dire les choses telles qu’elles sont. »
« Il faut faire plus confiance aux acteurs de terrain. »
—–
« La bonne solution, c’est de considérer que ce n’est pas le collège qui est unique
mais que c’est chaque enfant qui est unique. »
—–  
« L’égalité est devenue l’égalitarisme. »
« Je suis très favorable à ce qu’il y ait un autre rapport à la France dans les écoles. »

 

 


! Nathalie Kosciusko-Morizet « Je pense que la solution, on la trouvera ensemble. »

Nathalie Kosciusko-Morizet : sa vision de l’école en France 
« Pour moi le premier enjeu de l’école, c’est l’autorité. »
« Je suis pour un réinvestissement sur les fondamentaux. »
—–
« On a l’impression que les réformes sont réfléchies en petits cercles, assez peu partagées en amont, souvent jargonnantes … »
« Je pense que la solution, on la trouvera ensemble. »
—-
« Il faut essayer dans la mesure du possible d’avoir des parcours différenciés mais, en revanche, supprimer le collège unique c’est renoncer à une ambition de porter une génération un peu plus loin.«